• Légendes effrayantes part 5

    Un esprit diabolique oblige un homme à manger sa famille


    Un jour froid de décembre en 1879, un homme fut pendu à Fort Saskatchewan, mettant un terme à l'une des tueries les plus horrifiques de l'histoire d'Alberta.

    Swift Runner fut exécuté pour avoir assassiné puis mangé huit membres de sa propre famille au cours de l'hiver précédent. Il croyait être possédé par le Windigo, une créature mythologique terrifiante d'un appétit vorace pour la chair humaine.

    Cela n'était pas un cas isolé. A la fin des années 1800 et au 20ème siècle, la peur du Windigo a hanté les communautés du nord de l'Alberta, aboutissant à plusieurs morts macabres.

    Andrew Hanon de Sun Media a parlé avec Nathan Carlson, un des plus grands experts au monde sur le Windigo au sujet de la connexion personnelle de Carlson avec la créature à vous tourner les sangs.

    Certains le traite de serial killer, d'autres de fou désespéré.

    Mais jusqu'à ce que la trappe s'ouvre et que la corde ne lui brise le cou, l'un des plus grands meurtriers de l'Alberta maintenait que c'était un esprit diabolique qui l'avait contraint à massacrer et manger toute sa famille.

    Au cours d'un seul hiver, il a dévoré sa femme, ses six enfants, sa mère et son frère.

    LE PLUS HORRIFIANT

    L'homme, un trappeur Cree nommé Swift Runner, fut pendu en 1879 à Fort Saskatchewan, la première exécution légale en Alberta. Beaucoup considèrent le cas macabre comme le crime le plus horrifiant de l'histoire de la province.

    Mais ce que la plupart ne réalisent pas, c'est que cela faisait partie d'un phénomène beaucoup plus vaste que l'ethno-historien d'Edmonton Nathan Carlson appelle Windigo, qui a hanté les communautés à travers l'Alberta du nord à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle et a coûté la vie à des douzaines de personnes.

    Le Windigo (une forme anglicisé du mot Witiko) est une créature mythologique des cultures amérindiennes des Rocheuses au Québec du Nord. Elle a un appétit insatiable de chair humaine et répand la destruction partout où elle va.

    Carlson la décrit comme « le parfait prédateur de l'humanité ». On la décrit parfois comme « un monstre aux yeux de hibou avec de grandes griffes, des cheveux emmêlés, un corps nu émacié et un cœur de glace ».

    « Il est extrêmement destructeur », ajoute-t-il. « Plus il mange, plus il est affamé, donc il continue juste à tuer. »

    Les Windigo peuvent posséder les gens, les transformer en maniaques violents, dévoreurs de chair, aux yeux égarés, avec une force surhumaine. Beaucoup d'Amérindiens du nord de l'Alberta vivaient dans la crainte d'être possédés.

    « Il est important de comprendre que le cannibalisme les répugnait », explique Carlson. « Le Windigo personnifiait le mal. »

    Le cas de Swift Runner a fait sensation à un niveau international, faisant les gros titres des journaux à travers le Canada et les États-Unis.

     

    Selon les rapports, il errait seul dans la mission catholique de St Albert au printemps 1879, prétendant être le seul membre de sa famille à ne pas être mort de faim lors d'un rude hiver particulièrement froid.

    Les prêtres devinrent suspicieux lorsqu'ils réalisèrent que Swift Runner, qui pesait environ 90 kg, n'avait pas du tout l'air de souffrir de malnutrition et était affligé d'accès de cris et de cauchemars lorsqu'il dormait. Il leur raconta qu'il était tourmenté par un mauvais esprit, appelé Windigo, mais en dit peu à ce sujet.

    Ils rapportèrent leurs doutes à la police qui emmena Swift Runner à son campement familial dans les bois du nord-est d'Edmonton où elle fit une horrible découverte – le site était jonché d'os, de morceaux de chair et de cheveux. Certains récits prétendent que les plus grands os avaient été brisés et la moelle aspirée.

    Il confessa finalement avoir tué au fusil certains membres de sa famille, massacré les autres avec une hache et même étranglé une fille avec une corde. Dans certains rapports, Swift Runner a déclaré s'être nourri de la chair d'un garçon avant qu'il ne soit aussi tué.

    LE MOINDRE DES HOMMES

    Avant d'être pendu, Swift Runner exprima un remord extrême. Il dit au père Hippolyte Leduc : « Je suis le moindre des hommes et ne mérité même pas d'être appelé ainsi ».

    De manière intéressante, Swift Runner est le seul cas documenté que Carlson puisse trouver sur une personne qui en tue d'autres parce qu'elle pense être possédée par un Windigo.

    Toutes les autres morts qu'il a pu documenter étaient des cas « d'exécution de Windigo » où les autres avaient tué la personne tenue pour être possédée. C'étaient des actes d'auto-préservation, des tentatives de protéger leurs communautés.

    Dans la plupart des cas, les victimes elles-mêmes suppliaient d'être tuées avant de blesser leur famille.

    Dans de nombreux cas, les témoins ont rapporté des changements physiques – des corps enflant et grossissant, des lèvres et des bouches s'élargissant. Certaines victimes parlaient de froid glacial dans leur poitrine et d'incapacité à se réchauffer.

    Carlson, qui est métis, a entendu parler du Windigo la première fois par sa grand-mère qui lui raconta un incident à Trout Lake où des membres de la communauté tuèrent un homme possédé par un démon qui avait été maudit et s'était transformé en Windigo.

    L'histoire le hanta toute son enfance et après la mort de sa grand-mère en 2002, il découvrit une inquiétante histoire semblable dans une archive de journal.

    « J'étais quelque peu confondu par la découverte de l'article de journal qui semblait confirmer une histoire racontée dans ma famille depuis presque 100 ans » dit-il.

    De plus amples recherches révélèrent que l'homme qui avait été tué était aussi un parent éloigné de Carlson.

    Carlson écrit actuellement un livre sur le Windigo en Alberta du Nord et négocie avec des réalisateurs pour un documentaire.


    Mais où est donc le repas?


    Arthur était un homme ordinaire. Celui-ci habitait en Ecosse. Un jour Arthur buvait un verre dans un petit bar appelé "le menteur".Quelque instants après son arrivé dans le bar un homme fit son apparition. Il portait un kilt et avait moustache. Ce n'était pas le kilt ni la moustache qui attira l'attention d'Arthur mais la façon dont l'homme avait de renifler tout autour de lui comme ci celui-ci cherchait quelque chose. Après quelque instant son regard s'arrêta sur Arthur. L'homme lui fit un bonjour de la main et Arthur lui rendit son geste. L'homme s'approcha d'Arthur et lui tendit une carte. La carte l'invitait a un grand dîner le lendemain soir. Arthur voulu demander des explications a l'homme mais celui-ci avait déjà disparu. Le plus bizarre fut que le dîner devait se dérouler dans le château de MontFort or celui-ci était réputé pour être un château abandonné depuis dès années. Le lendemain soir Arthur se rendit quand même au château pour être sur qu'il y avait bien un dîner .Celui-ci arriva devant la porte mais il n'y avait pas de sonnette. Arthur remarqua que la porte était ouverte et il entra. Lorsque celui-ci arriva dans le château il vit une pièce éclairé au fond du couloir. Arthur arrive dans la pièce et vit avec soulagement que la pièce était remplie d'invités. Ceux-ci ne firent pas attention à Arthur et continuèrent à parler. Arthur décida de s'asseoir à la seule place de libre. Quelque instant plus tard l'homme qu'il avait vu dans le bar fit son apparition. Celui-ci se mit en tête de table se leva et dit:"manger mes amis".Arthur intrigué ne pus s'empêcher de demander:"mes ou est le repas".C'est alors que tout les regards se tournèrent vers lui...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :